top of page
Rechercher

Le contact visuel

Dernière mise à jour : 23 févr. 2022


Gabrielle Asselin Jobin, Msc, orthophoniste, 1er novembre 2021


Je me souviens du premier instant, dans la salle d’accouchement du CHUM, où on t’a déposé près de mon cœur. Tu m’as regardé dans les yeux tellement calmement. Mes yeux à moi étaient étonnés, extrêmement intrigués. Voir que c’était toi tout ce temps-là à qui je racontais plein d’histoires, à qui je donnais des caresses matin et soir (et après-midi, et nuit…). C’était toi ma petite coloc. Ce contact visuel des premiers instants est si naturel, voire instinctif. Ce moment où on se regarde et on se reconnaît pour la première fois et pour le reste de nos vies.


Nos yeux qui se regardent, c’était tout notre univers pour les premiers mois. Des moments à allaiter et à se faire des sourires, à découvrir les couleurs et les formes de ton petit monde, jusqu’à nos nuits blanches à se bercer. Tout y était.


Tes yeux, avec les semaines qui passaient à se découvrir toutes les deux, se sont transformés. Je les ai vu faire des associations; lorsque tu me voyais, tu savais très bien que c’était moi ton garde-manger, tu souriais quand ton papa revenait du bureau et qu’il te couvrait d’amour, tu pleurais très fort à la vue du -ô combien- détesté mouche-nez. Tes yeux me communiquaient ce que tu aimais, ce qui te faisait rire, ce que tu ne voulais pas.


Tu es vite devenue un bébé-ado. Tu te déplaçais à quatre pattes telle une fusée dans notre petit logement. On partageait maintenant le monde entier. Je te montrais les choses qui sont belles, qui sont drôles, qui sont nouvelles, et tu partageais ton attention et ton intérêt avec moi. Oui, t’es devenue ma meilleure amie de congé de maternité. Tes yeux t’ont appris à apprendre des mots et des façons de faire. Ils t’ont permis de grandir en un petit être social tout complet et unique. À m’observer faire les choses du quotidien… pour mieux les reproduire le lendemain. On a tellement ri et joué, mon bébé. Et tout ça, sans un seul mot. Juste tes yeux, les miens et notre bulle dorée.


Hommage à la puissance de ces yeux. À leur curiosité, à leur sensibilité. À la porte grande ouverte qu’ils nous offrent sur le monde qu’on habite. À leur capacité à fournir tous ces apprentissages si essentiels afin de grandir et de devenir un être humain qui réfléchit, ayant des opinions et sa propre petite personnalité.

Hommage à tes yeux, qui m’ont permis de me connecter tellement profondément dans notre relation. Et qui te permettront à ton tour de te connecter avec les chanceux qui croiseront ton chemin.



Un peu d’orthophonie

Le contact visuel est la porte d’entrée des apprentissages sociaux et langagiers. Il fait partie des habiletés que l’on appelle les précurseurs à la communication. Le contact visuel, c’est la forme principale de communication pour un bébé. Oui, il y a toute la gamme de cris et de pleurs, de gazouillis et de petits mouvements des membres. Mais les yeux, c’est la racine de notre développement social et intellectuel. Ils permettent de créer ce lien d’attachement si important avec les parents, mais également ils nous permettent de saisir les diverses informations de notre monde matériel et émotionnel.


Comment stimuler le contact visuel au quotidien :


À faire

​À éviter

  • Me mettre à la hauteur des yeux de mon enfant quand je communique avec lui, face à face.

  • M’approcher de son visage afin d’attirer son attention vers le mien, et vers mes yeux. Il est bien de s’approcher à environ 20 pouces de son visage, particulièrement durant les 3 premiers mois de vie.

  • Mettre des jouets attrayants près de mes yeux pour attirer son attention.

  • Diminuer les distracteurs dans l’environnement quand je veux communiquer avec mon enfant (ex. fermer la télévision\la radio, éloigner les jouets environnants)

  • Prendre le visage de mon enfant pour qu’il dirige son attention visuelle vers mon visage.

  • Répéter à mon enfant de me regarder dans les yeux lorsque je lui parle.

  • Tenter de créer un contact visuel lorsque mon enfant est fâché, qu’il est fatigué ou qu’il a faim.


Si vous ressentez que votre enfant a un contact visuel fuyant, peu fréquent ou atypique, particulièrement après l’âge de 3 mois, il est recommandé de consulter un professionnel (votre médecin ou personne en charge du suivi de votre enfant) pour évaluer la situation, afin de vous guider dans vos observations et les étapes à suivre.


Vous pouvez aussi suivre la formation "Avant les mots" afin de soutenir le développement de la communication de votre enfant avant l'apparition des premiers mots, peu importe son âge.


Comments


bottom of page